Connaître son client (KYC)

Connaître son client (KYC)

Know Your Customer (en français « Connais ton client », abrégé KYC) désigne le contrôle de légitimité par lequel les bourses de cryptographie et les banques vérifient l’identité de leurs clients.

Le KYC fait référence à un processus par lequel les banques et autres institutions financières collectent des données d’identification et des coordonnées de clients actuels et potentiels. Son objectif est de prévenir la fraude, le blanchiment d’argent et d’autres activités illégales, ainsi que l’utilisation abusive de comptes financiers.

Aux États-Unis, les banques sont légalement tenues d’utiliser le KYC conformément à l’USA Patriot Act de 2001. En 1989, le Groupe d’action financière (GAFI) a été créé pour lutter contre le blanchiment d’argent au niveau international. Le FAFT établit des normes et fait des recommandations pour atteindre cet objectif par le biais de la lutte contre le blanchiment d’argent (LBC). Les pays et juridictions membres appliquent différentes lois, règles et réglementations pour travailler avec les directives AML. Le KYC et l’AML vont de pair pour empêcher les activités financières malhonnêtes et criminelles.

Les pratiques KYC commencent généralement avant qu’une personne ne devienne un client. Les institutions financières doivent d’abord vérifier l’identité déclarée d’un client potentiel avant d’ouvrir un compte. Comme il n’existe pas de normes légales de vérification, ce processus peut varier d’une banque à l’autre.

Certains documents d’identification requis pour les processus KYC incluent :

  • permis de conduire / carte d’identité avec photo délivrée par le gouvernement
  • passeport
  • numéro de sécurité sociale
  • carte PAN
  • carte d’électeur

La vérification de l’adresse est également nécessaire. Selon les pratiques de la banque, les demandeurs peuvent présenter différents types de justificatifs. Quelques exemples : une facture de services publics, un relevé de compte d’une autre banque ou d’un émetteur de carte de crédit ou un contrat de leasing.

Après avoir mis un compte à la disposition d’un client, les banques sont tenues de procéder à des mises à jour régulières des enregistrements. Cela signifie qu’elles continuent à « recertifier » leurs clients tout au long de leur relation bancaire par des demandes sporadiques d’informations KYC. En outre, elles attribuent un niveau de risque à leurs clients et surveillent les transactions des clients pour s’assurer qu’elles correspondent au comportement attendu.

Les pratiques KYC ne sont pas limitées aux institutions bancaires. Le secteur de l’investissement financier utilise des processus KYC conformément à la règle KYC 2090 de la Financial Industry Regulatory Authority (FINRA). Mais plutôt qu’un effort d’AML, ces pratiques KYC aident les sociétés d’investissement à mieux comprendre les besoins des clients.

Lorsqu’il s’agit d’échanger des crypto-monnaies, les utilisateurs peuvent souvent créer un compte avant de terminer le processus KYC. Ces comptes non vérifiés présentent toutefois des fonctionnalités limitées.

La réduction et l’élimination du blanchiment d’argent et de la fraude financière sont les avantages évidents des pratiques KYC. Bien que cela rende les choses plus complexes et prenne plus de temps – en particulier pour le secteur bancaire et ses clients -, les avantages l’emportent probablement sur les inconvénients. Toutefois, des pratiques standardisées aideraient probablement à rationaliser le processus.

Dans le domaine des cryptomonnaies, l’utilisation de la monnaie numérique pour mener des activités illégales a suscité beaucoup d’attention. La réduction de ces pertes est certainement bénéfique pour la crypto-monnaie et sa réputation. La conformité prend du temps, mais devrait toujours être encouragée. Les utilisateurs ne devraient toutefois pas fournir d’informations d’identification sensibles sans s’assurer au préalable que l’entreprise applique les normes de sécurité nécessaires pour garantir la sécurité des données.

Termes associés

  • Attaque à 51%.
  • Cold Storage est une méthode de conservation hors ligne des cryptomonnaies. Le stockage hors ligne, par exemple sur papier ou sur un disque dur externe, permet de contourner le risque de piratage et de vol qui en résulte. Le stockage à froid est considéré comme l’une des méthodes de conservation les plus sûres pour Bitcoin & Co. »)
  • Attaque DDoS.
  • Double Spending.
  • GPU.
Token Boost

Commencez à trader dès maintenant

Investissez dans les cryptos et trader vos devises numériques sur les différentes plateformes.

Laisser un commentaire

Crypto logo

Token Boost, votre e-magazine français 100% crypto & DeFi.

Contact

54, impasse Toussaint, Lorainville