Cosmos (ATOM)

Cosmos (ATOM)

Le réseau Cosmos vise à assurer l’interopérabilité entre les blockchains grâce au jeton ATOM propre à la plateforme.

Le projet Cosmos s’est fixé un objectif qui se fait actuellement attendre dans le secteur des blockchains : Atteindre l’interopérabilité. En d’autres termes, la possibilité de faire fonctionner différents projets de blockchain via le même protocole, sans que ceux-ci ne s’influencent mutuellement.

Ainsi, chaque projet de blockhain a au mieux son propre cas d’utilisation ou tente de résoudre un problème spécifique. Bitcoin se présente – selon à qui l’on demande – comme or numérique, Ethereum propose des contrats intelligents, Ripple veut s’emparer du commerce interbancaire international avec XRP. Mais actuellement, tous ces projets fonctionnent en parallèle, il y a peu d’échanges. En d’autres termes, ils ne sont guère interopérables.

Qu’est-ce que Cosmos (ATOM) ?

Cosmos veut s’attaquer à ce problème. L’objectif est, à en croire le livre blanc officiel de Cosmos, de faire fonctionner des blockchains en parallèle, sans que celles-ci ne se gênent dans leurs mesures de sécurité et leurs différents cas d’utilisation. Cosmos se considère donc comme un réseau de chaînes de blocs, qui se compose à son tour de différentes chaînes de blocs. L’équipe de développement les appelle des « zones ». Ils s’appuient sur l’algorithme de consensus Tendermint BFT pour maintenir l’unité au sein des zones.

La première de ces zones est désignée par Cosmos comme le Cosmos Hub, le point de contact auquel les blockchains peuvent s’arrimer. Elle s’appuie à son tour sur le mécanisme Proof-of-Stake et peut être étendue à d’autres zones si nécessaire. Cette dernière communique avec les différentes zones via un protocole « inter-blockchain ». Celui-ci promet la transférabilité des crypto-monnaies entre les différentes zones.

Enfin, la plateforme Cosmos sert également de base à de nouveaux projets de blockchain grâce à l’interopérabilité qu’elle veut instaurer. Cosmos offre ainsi à ses utilisateurs la possibilité de bricoler leurs propres nouvelles blockchains à partir de différents éléments, de les publier et – grâce à Cosmos – de les relier à d’autres blockchains.

Le jeton Atom

Avec toute cette interopérabilité (prévue), on peut se demander pourquoi il faut encore un token propre ? Selon le livre blanc, l’Atom Token doit permettre à l’utilisateur de choisir, de valider et de déléguer – tout à fait dans l’esprit du mécanisme de consensus de la preuve d’enjeu. En outre, l’Atom Token permet de payer des frais afin de prévenir le spam sur le réseau.

En 2017, l’équipe de développement a émis l’Atom Token via une ICO. La collecte de fonds a été rapide et fructueuse : Cosmos a atteint son objectif de financement en 28 minutes et a vendu 168 millions de tokens, tout en récoltant 17,3 millions de dollars. L’équipe a conservé une part de 50 millions d’ATOM pour faire avancer le projet.

Projets sur Cosmos

Parmi les projets déjà lancés sur la base de Cosmos, on trouve par exemple l’échange décentralisé de Binance. Le réseau liste également les projets Sentinel, Lino Network, Stable Coin Terra, l’application de jeu Loom et IRISnet.

Termes associés

  • Transaction Bitcoin.
  • Block
  • Block Explorer.
  • Block Reward.
  • Blockchain contrôlé par un réseau informatique public distribué (en anglais « distributed »). (voir aussi : technologie du ledger distribué). On distingue les blockchains publiques (public ou permissionless) et les blockchains privées (private ou permissioned) »).
Token Boost

Commencez à trader dès maintenant

Investissez dans les cryptos et trader vos devises numériques sur les différentes plateformes.

Laisser un commentaire

Crypto logo

Token Boost, votre e-magazine français 100% crypto & DeFi.

Contact

54, impasse Toussaint, Lorainville